La Fille en Gris

#elaïastory : I need a Dollar / Le Crowdfunding

On a eu l’idée, on a imaginé la marque, les pièces, on a trouvé du tissu et un fabricant, maintenant il faut financer tout ça ! Et pas qu’un peu….

Pour être complètement transparente, comme tout au long de cette série d’articles, nous avons investi 10 000€ de nos deniers personnels (soit 5 000€ chacune) pour financer la production de la première collection. Mais pour continuer cette belle aventure et notamment financer la communication, nous avons besoin d’un coup de main. Nous aurions pu demandé à la banque, mais 1) nous ne souhaitions pas nous endetter et 2) c’est pas très moderne et nous sommes super modernes (pour des trentenaires !  😆 ). 

Alors nous avons choisi de lancer une campagne de Crowdfunding. Cette solution nous permet à la fois de compléter notre budget sans avoir à rembourser et de commencer à faire connaître la marque. Ce fut une décision très facile à prendre, on ne se rendait pas vraiment compte du travail que cela représentait. On s’est dit : argent facile ! On s’est vite rendue compte que non… Voilà pourquoi :

 

Tournage & Aléas

On va rentrer directement dans le vif du sujet avec la partie la plus compliquée (pour nous en tout cas) : le tournage du clip de campagne. 

Trouver un presta ça va. J’ai participé à un événement cette été pour le réseau d’entrepreneuses (Merci les copines) dont je fais partie, et nous avons tourné un teaser pour en faire la promotion sur les réseaux.

Le tournage ainsi que le résultat m’ont poussé à contacter Jey, le cameraman, pour tourner avec nous. Il a de suite accepté et compris ce que nous voulions. 

La première partie du tournage, les plans où nous ne nous adressons pas directement à la caméra, fut assez facile bien que stressante. C’est la seconde partie : les “face caméra”, qui a été beaucoup plus compliquée. Nous ne sommes pas actrices et nous ne sommes pas du tout à l’aise devant une caméra. 

Nous avions rendez-vous avec Jey à 14 heures, autant te dire que la matinée fut très longue et très stressante. Nous étions paralysées de peur à ne plus savoir ce que nous devions dire. L’angoisse absolue ! Nous avions demandé en amont à une amie (Mélissa) de venir pour avoir un œil extérieur, et heureusement qu’elle était là! En plus de nous rassurer et de nous redonner confiance, elle nous a transmis ces tips anti-stress. Sans elle je pense que nous n’aurions pas pu sortir un mot devant la caméra.

Nous avons donc réussi à faire les face cam et nous nous sentions Libérées Délivrées !

Et puis Jey nous apprend que : bug technique, les sons n’ont pas été enregistrés 🙁 Il faut recommencer. Franchement sur le coup on avait envie de pleurer/crier !

La déception passée, nous décidons de voir le bon côté des choses, parce qu’il y a toujours un bon côté même si c’est parfois difficile de s’en rendre compte sous le coup de la déception. Mais en fait on est le genre de personne à toujours voir le verre à moitié plein. Du coup on se dit que 1) il manque du contenu notamment une conclusion et que 2) visuellement ça fera mieux si nous avons des tenues différentes (c’est peut être un détail pour vous, mais en marketing/com  ça veut dire beaucoup ceux sont les détails qui comptent!). Du coup on y retourne ! Et franchement on était quand même beaucoup moins stressées la seconde fois, et je pense que ça doit faire une sacrée différence à l’écran : nous n’avons pas passé toute la matinée complètement crispées. Bref le verre à moitié plein !

Après quelques allers/retours avec Jey pour les modifs (il ne l’avouera pas je pense, mais nous avons été un peu exigeantes chiantes), la version finale est enfin prête à être mise en ligne ! Merci à lui pour sa patience et surtout pour le résultat. Je ne sais pas ce que tu en penses mais nous on aime bien (même si franchement se voir à l’écran et surtout s’entendre c’est disons spécial…)!

Pour se mettre à l’aise et dans l’idée de ne pas du tout se prendre au sérieux, nous avons pris la pose en nous inspirant de nos icônes mode mais aussi Business Women : Victoria Beckham & Eva Longoria (oui rien que ça!).

Contenu & Photoshop

La vidéo est prête, il ne reste plus qu’à présenter le projet. L’objectif est de donner envie aux gens de contribuer, de donner de l’argent pour être précise. Autant te dire que cela doit être vendeur ! Problème de taille : nous avons choisi de ne pas révéler les pièces avant le lancement… Du coup il faut présenter la marque sans présenter les pièces… On mise tout sur nous, notre projet, nos valeurs.

Aussi je n’aime pas faire les choses à moitié. Donc après une analyse des campagnes qui fonctionnent bien, j’ai décidé de faire la présentation avec photoshop pour un rendu plus pro et mettant mieux en avant notre image de marque, notre univers, à défaut de montrer la collection. Et même si je suis à l’aise avec photoshop, nan en fait j’adore faire ça ! J’y ai passé des journées entières et je n’ai pas l’impression d’avoir travaillé ! C’est un peu l’avantage d’être entrepreneur : on fait ce que l’on aime et alors le travail n’est plus juste du travail, c’est une passion.

Réussir sa campagne

Bien sûr l’objectif est de récupérer le plus de contributions possibles. Il faut que tu saches que lors d’une campagne de crowdfunding, pour repartir avec l’argent récolté, il faut avoir atteint l’objectif fixé. Pour être plus claire, notre objectif est de 5000€, si à la fin de la campagne nous n’avons pas atteint ce montant alors nous repartirons sans rien et les contributeurs récupéreront leur argent… #gameover

Du coup la pression est double. Nous n’avons donc pas fait confiance au hasard! Nous avons suivi tous les conseils possibles sur Comment réussir sa campagne. Voici ce que nous avons appris :

  • Une belle vidéo : c’est la base à toute bonne campagne qui se respecte. 
  • Une présentation claire du projet. En bref expliquer dans quoi précisément l’argent va être investi et pourquoi nous plutôt que d’autres sans tomber dans le larmoyant. On soigne bien sa présentation et surtout on fait très attention à l’orthographe.
  • Bien sensibiliser son réseau (la famille et les amis), ceux sont les principaux contributeurs et plus ils participent, plus cela donnera envie à d’autre de participer. Ne pas hésiter à les harceler bien leur expliquer l’importance de leur participation, pas nécessairement en terme de montant.
  • On s’active sur les réseaux sociaux pour partager avec le plus grand nombre. Je n’ai pas besoin de t’expliquer pourquoi… Si? Non!

Pour conclure je t’invite à contribuer et/ou partager notre campagne !

https://fr.ulule.com/shop-elaia/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :