La Fille en Gris

#greenbeauty : Y’a quoi dans mes cosmétos ?

photo @scarlatine

Mélange d’anglais et de latin, allégations ambiguës, revendications miraculeuses, il est temps de comprendre ce charabia sur tes packagings et de savoir exactement ce qui se cache derrière ces étiquettes.

C’est quoi la recette ?

LE schéma pour comprendre de quoi sont composés tes cosmétos :

C’est quoi une liste INCI?!

C’est la liste des ingrédients cosmétiques qui composent un produit. INCI signifie “International Nomenclature for Cosmetic Ingredients”, la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques. Les fabricants de produits cosmétiques ont l’obligation, selon une Directive Européenne, d’afficher la liste des ingrédients de chaque produit sur son emballage de nos produits de beauté. A première vue, elle simplifie les choses mais elle n’est tout de même pas facile à décrypter.

Tous les ingrédients de la formulation du produit doivent être notés. Ils sont inscrits par ordre décroissant d’importance (en %) dans la composition. Comprends par là que si le premier ingrédient que tu lis est “Aqua”, alors l’ingrédient le plus important de ce produit est l’eau (entre 40 et 60%…). Si tu lis “Parafinum liquidum”, alors l’ingrédient majoritaire est issu du pétrole (mais là je t’épargne le %).

Seuls les ingrédients dosés à moins de 1% peuvent être inscrits dans un ordre différent. Un conservateur dosé à 0,9% pourra donc être inscrit après une huile essentielle dosée à 0,1%! C’est d’ailleurs parfois le cas, pour te faire croire que la précieuse plante est en meilleure place dans la liste (ou pas…).

Tu trouveras les extraits végétaux et naturels sous leurs nominations latines et/ou anglaises comme par exemple, “Helianthus annus (sunflower) seed Oil” pour l’huile de tournesol.

Les colorants sont mentionnés sous forme de référence chiffrées précédées de CI pour Color Index.

Bien souvent en fin de liste, on trouvera les allergènes contenus naturellement dans les Huiles Essentielles et les parfums. Ils sont au nombre de 26 (liste complète ici) et les marques sont dans l’obligation de les indiquer.

Les 5 premiers ingrédients de la liste INCI correspondent, le plus souvent, à environ 70% de la composition d’un cosmétique. Si dans cette courte liste de 5 ingrédients tu trouves des matières polluantes ou synthétiques, c’est mauvais signe !

C’est quoi les ingrédients à éviter :

Les Huiles Minérales: Elles sont dérivées de la pétrochimie… Ces huiles forment un film occlusif sur la peau qui empêche l’eau de s’évaporer mais n’ont aucune propriété cosmétique. En revanche elles possèdent un bilan écologique désastreux puisqu’elles ne sont pas biodégradables… : Paraffinum liquidum, Cera microcristallina, Mineral Oil, Petrolatum.

– La Methylisothiazolinone : C’est un conservateur efficace en très petite quantité qui remplace les Parabens depuis quelques temps maintenant. Malheureusement, elle est encore plus nocive que ces derniers ! Elle peut provoquer des allergies de contact, des irritations, de l’eczéma, voire des gênes respiratoires car ce produit est très volatil.

– L’EDTA : Utilisé comme stabilisateur, en interaction avec des métaux lourds, peut se fixer dans l’organisme et devenir difficilement biodégradable. Elle pollue donc l’eau à long terme, car elle n’est pas filtrée par les stations d’épuration au charbon : Disodium EDTA, Tetrasodium EDTA.

Les Alcools gras et Solvants: Ils permettent de stabiliser et d’émulsionner les cosmétiques. Ces ingrédients de synthèse peuvent être irritants et sont polluants pour l’environnement. Ils possèdent en outre à peu près les mêmes caractéristiques que les huiles minérales : Methyl / Propyl / Caprylyl -alcohol, Alcool cétylique, Alcool stéarilique.

Accroche toi on y est presque !

via GIPHY

Les Silicones: Bien tolérés par la peau, ils apportent douceur et protection. Néanmoins, ils ne nourrissent pas la peau, on un effet occlusif et surtout, ils mettent des centaines d’années à se dégrader !  : terminaisons en -one ou -ane : dimethicone, isohexadecane, cyclohexasiloxane.

Les Polymères: lls possèdent à peu près les mêmes caractéristiques que les silicones en apportant une touche de douceur. Ils peuvent aussi servir d’émulsifiant. Ils sont obtenus à partir de chimie lourde et très polluante, avec l’usage de gaz toxiques : PEG, PPG mais aussi -cellulose, crosspolymer, polypropylène.

Les Sels d’Aluminium: Agents anti-transpirant et sujets à polémique (cancérigènes/perturbateur endocrinien), ils sont aussi suspectés d’avoir un impact sur le système nerveux à long terme : Aluminium.

Les SLS: Tensioactifs (détergents), producteurs de mousse et émulsifiants, on les retrouve dans les gels douche, shampoings, dentifrices (et oui il se peut que vous en avaliez un peu tous les jours!)… Ils sont agressifs, irritants et desséchants pour la peau : Sodium Laureth Sulfate et Sodium Lauryl Sulfate (ce dernier est le plus irritant).

– Les Phtalates : Ce type de molécule est essentiellement présent dans les parfums, les vernis à ongles et certains produits coiffants. Les phtalates réduisent très significativement la production de l’hormone sexuelle masculine appelée testostérone et chez les femmes, les phtalates stimulent au contraire le développement sexuel entraînant une puberté plus précoce : DIETHYL PHTHALATE, PHTHALIC ACID.

– Les Ethers de Glycol/phénoxyéthanol : Nocif pour le foie et le sang, il présente également des risques cancérigènes et provoquerait des dysfonctionnements du système hormonal chez l’homme, atténuant la fertilité. Enfin, c’est un allergène reconnu pouvant entraîner de l’eczéma et de l’urticaire chez les personnes intolérantes. l’Agence Sanitaire Française recommande de ne pas utiliser de lingettes pour bébé contenant du phénoxyéthanol. La peau des nourrissons étant plus sujette à la pénétration qu’une peau adulte, il est donc vivement déconseillé d’appliquer des produits contenant ce type d’ingrédients sur les parties génitales des enfants.

– Les DEA : On les utilise pour ajuster le pH des produits cosmétiques. Ils sont classés comme nuisibles car ils sont très dangereux pour la santé dans le cadre d’une exposition prolongée. Irritations, nitrosamines, cancer de la peau, les DEA sont un joyeux cocktail dont on doit encore découvrir toutes les propriétés : Cocamide DEA, Lauramide DEA.

– Les filtres chimiques à UV : Présents dans les crèmes solaires, certains produits capillaires (shampooings, crème de jour…) ou vernis à ongles, ces molécules chimiques qui filtrent les UV ont aussi un effet de perturbation endocrinienne avérée : BENZOPHENONE, OXYBENZONE, ETHYLHEXYL METHOXYCINNAMATE et 4-METHYLBENZYLIDENE CAMPHOR.

Bon ça va être difficile pour toi de retenir tout ça… Alors je suis sympa je te dévoile mes sources !

Si tu souhaites fuir toutes ces cochoncetés, le plus simple est encore de te tourner vers les cosmétiques Bio. Les certifications ci-dessus te garantissent des produits sans ingrédients dangereux, non testés sur les animaux et respectueux de l’environnement ! Tu retrouveras ces produits labellisés en magasin Bio, parapharmacies et grandes surfaces (en cherchant bien…). Quelques boutiques en ligne : Mademoiselle Bio, GreenWeez, Monde Bio, Bébé au naturel

Un moteur de recherche pour t’informer sur un composant cosmétique particulier ou déterminer le profil complet d’un produit : Il te suffit de cliquer sur “Recherche d’INCI”, taper les 3 premières lettres du composant, et de le retrouver dans la liste. En faisant une “Autre recherche”, tu peux composer la liste de ton produit, agrémentés de smileys selon leur toxicité ou non-toxicité.

Une liste rouge complète des ingrédients à bannir à garder sous le coude. Mais surtout des conseils et astuces pour mieux vivre bio au quotidien !

L’UFC-Que Choisir a repéré parmi les rayons des produits cosmétiques du quotidien (dentifrices, shampooing, déodorants, crèmes de visage, après-rasages…), pas moins de 185 produits contenant des substances préoccupantes du fait de leur caractère toxique, allergisant, irritant ou perturbateur endocrinien.

Et met à la disposition des consommateurs une carte-repère à imprimer et à garder avec toi, avec les 12 substances les plus à risque.

Être green ça se mérite, mais ton corps et la planète te remercieront !

via GIPHY

3 Comments

  1. #greenbeauty : mon Make Up Bio - La Fille en Gris

    10 janvier 2017 at 19 h 31 min

    […] à mon dernier article #greenbeauty sur la compo de nos cosmétos, je me suis dit qu’il te serait plus facile de digérer tout […]

  2. #digital : Les applis beauté à télécharger ! - La Fille en Gris

    1 mars 2017 at 17 h 15 min

    […] bon c’est bien d’avoir la liste des ingrédients à éviter, encore faut-il s’en rappeler quand tu es devant le rayon […]

  3. #greenbeauty: je décrypte mes packagings cosmétiques  ⋆ La Fille en Gris

    26 octobre 2017 at 11 h 31 min

    […] j'ai déjà parlé de la liste INCI (ici), mais en parcourant les groupes facebook, je me suis dit qu'il serait intéressant que l'on […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :